Reprise de l’agenda social : l’UNSA exigeante sur les futures instances de dialogue social

A l’heure du déconfinement, le premier rendez-vous de l’agenda social reconfiguré a eu lieu pour aborder les projets de décrets de modification des instances de dialogue social. L’UNSA Fonction Publique a fait le choix de participer pour peser afin de garantir les droits des agents.

L’UNSA Fonction publi­que rap­pelle qu’elle a émis un vote défa­vo­ra­ble au projet de loi de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publi­que en 2019. Elle s’est mobi­li­sée contre son adop­tion. L’une des rai­sons était la trans­for­ma­tion des CAP et la sup­pres­sion des CHSCT comme ins­tance indé­pen­dante.

Lire la suite...

Abrogation du jour de carence pour tous : enfin !

Suspension du dispositif « jour de carence » pour tous, salariés et agents publics malades pendant cette période d’urgence sanitaire.

Depuis le début de la crise, l’UNSA Fonction Publique deman­dait cette mesure de jus­tice, qui per­met­tra de ne pas péna­li­ser davan­tage les per­son­nes attein­tes du covid-19.

C’est à l’Assemblée Nationale que le Premier Ministre a annoncé cette mesure lors de l’examen du projet de loi sur l’urgence face au Covid-19. Le gou­­ver­­ne­­ment a déposé un amen­­de­­ment à son projet de loi qui pré­­voit l’appli­­ca­­tion de cette sus­­pen­­sion au jour d’entrée en vigueur de la loi.

Depuis le décret du 31 jan­­vier 2020, en cas de confi­­ne­­ment, qua­­ran­­taine, garde d’enfants ou pré­­cau­­tion médi­­cale, aucun jour de carence n’était appli­­quée pour les sala­­riés. Pour les agents publics, une note cir­­cu­­laire s’appli­­quait mais ne concer­­nait pas les agents mala­­des, y com­­pris, ceux du coro­­na­­vi­­rus. Un jour de carence leur était appli­­qué.

Pour l’UNSA Fonction publi­­que, la santé, la mala­­die ne pou­­vaient pas être des objets de sanc­­tion finan­­cière d’autant que des soi­­gnants, des agents publics et des sala­­riés sont mobi­­li­­sés au ser­­vice du pays.

La sus­­pen­­sion du jour de carence était indis­­pen­­sa­­ble et néces­­saire.

L’UNSA Fonction Publique acte donc posi­­ti­­ve­­ment cette déci­­sion qu’elle récla­­mait avec insis­­tance.

LA GESTION DES AGENTS TERRITORIAUX SUITE AU CONFINEMENT LIÉ AU CORONAVIRUS COVID-19

Lors de son allocution du 16 mars 2020, le Président de la République a demandé aux français de limiter les déplacements et les contacts physiques afin d’enrayer la propagation du coronavirus.
Les mesures annoncées par le chef de l’Etat impliquent que les employeurs publics recourent au télétravail et limitent le travail de présence au strict minimum nécessaire pour assurer la continuité des services publics indispensables. A l’issue d’une réunion avec les organisations syndicales et les employeurs des trois versants de la Fonction Publique, M. Olivier DUSSOPT, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Action et des Comptes, a tenu une conférence de presse pour préciser aux employeurs publics les mesures à prendre pour protéger leurs agents et assurer la continuité des services publics.

Lire la suite...

table ronde "Aïe j'ai mal au travail" 7 avril 2020 au Chambon Feugerolles

Le travail est source de richesse mais il peut parfois amener à de véritables souffrances. Tout va bien et d’un coup, tout bascule, je suis mal … je n’ose rien dire, je prends sur moi et souffre en silence … Je n’en peux plus !

Non ça n’arrive pas qu’aux autres ! Nous sommes tous concernés par notre santé au travail, par la santé de nos collègues !

Mais comment la qualité de vie au travail peut induire sur notre santé ? Mais ça veut dire quoi QVT ? RPS ? Qui peut nous aider ?

Vous voulez connaitre les réponses à ces questions et échanger ensemble avec nos partenaires ?

L’UNSA Territoriaux 42 et l’UL UNSA Ondaine sont heureuses de vous convier à leur table ronde “Aïe j’ai mal au travail” mettre des mots sur les maux du travail, Agir Ensemble pour la Qualité de Vie au Travail qui aura lieu le 7 avril à la salle de La Forge au Chambon Feugerolles.

Attention l’inscription est obligatoire  !!!

Pour vous inscrire, ouvrez vite le programme et flasher le code ou cliquer sur le lien du CEFU en dernière page.
Sur le site du CEFU, inscrivez-vous au stage “Agir Ensemble pour la Qualité de Vie au Travail”. Vous recevrez alors par e-mail, votre demande de congé pour formation syndicale que vous devrez remplir et remettre à votre employeur avant le 7 mars.

Je vous rappelle que tout salarié, tout agent, qu’ils soient titulaires, stagiaires ou contractuels de droit public en activité, bénéficient de la possibilité de prendre un congé de formation syndicale avec traitement d’une durée maximum de 12 jours ouvrables par an pour participer à des stages ou à des sessions consacrés à la formation syndicale.

Pour les élus et les employeurs : Les inscriptions se font par téléphone au 06 63 19 25 75.

Cette journée est ouverte à tous salariés, agents, employeurs, élus, retraités, personnes en recherche d’emploi…. alors faites passer cette information à vos collègues, amis, famille, …

Je compte sur votre présence pour que cette journée soit riche d’informations pour tous !

Au plaisir de vous rencontrer le 7 avril !

VOIR LE PROGRAMME DE LA JOURNEE

Décret relatif à l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle dans la fonction publique et portant diverses dispositions relatives aux dispositifs indemnitaires d’accompagnement des agents dans leurs transitions professionnelles

JORF n°0001 du 1 janvier 2020 - Décret n° 2019-1596 du 31 décembre 2019 relatif à l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle dans la fonction publique et portant diverses dispositions relatives aux dispositifs indemnitaires d’accompagnement des agents

Lire la suite...

L’école maternelle que nous voulons !

Les per­son­nels, les parents et les asso­cia­tions qui cons­ti­tuent la com­mu­nauté éducative, grands absents des assi­ses minis­té­riel­les de mars 2018 ont créé un col­lec­tif pour orga­ni­ser quel­ques mois plus tard, le 17 ­no­vem­bre 2018, le « Forum de l’école mater­nelle par celles et ceux qui la font vivre » (Lien « Dossier spé­cial »).

Il s’adres­sait à toutes les per­son­nes concer­nées : ensei­gnants, ATSEM, ani­ma­teurs, cher­cheurs, for­ma­teurs, mem­bres d’asso­cia­tions, parents, pro­fes­sion­nels de ser­vi­ces d’éducation de col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les, élus…

La Fédération UNSA Territoriaux et le SE-UNSA comp­taient parmi les orga­ni­sa­teurs.

Josette Blain, experte ATSEM de l’UNSA Territoriaux, y a animé un ate­lier d’échanges qui por­tait sur la sco­la­ri­sa­tion des moins de 3 ans.

Depuis, le col­lec­tif conti­nue de tra­vailler sur les pro­blé­ma­ti­ques et les enjeux de l’école mater­nelle. Complémentaires dans leurs appro­ches, ses mem­bres font de leurs dif­fé­ren­ces une force pour porter des valeurs et des convic­tions com­mu­nes sur l’école mater­nel­le : une école pre­mière et pri­mor­diale, démo­cra­ti­que et émancipatrice, une école pour tous et toutes.

CSFPT : Communiqué de presse de l’UNSA Territoriaux


Le CSFPT du mer­credi 27 ­no­vem­bre 2019 avait à son ordre du jour cinq pro­jets de décret (deux étaient pré­sen­tés pour la seconde fois).

Trois nou­veaux sujets ont marqué la séan­ce :

  • les modalités de contribution du CNFPT au financement des frais de formation des apprentis dans la Fonction publique territoriale, qui positionnent le CNFPT comme co-financeur sans que son métier (la formation des agents territoriaux) soit mis à profit et sans que ses moyens financiers n’évoluent en conséquence, faisant prendre en charge par les agents eux-mêmes ces nouveaux coûts !
  • les modifications pour les Centres de gestion, prévoyant notamment l’organisation du processus électoral au niveau interne, ce qui présente un risque pour la transparence et la neutralité des procédures.
  • Pour tenir compte de l’évolution des missions des Centres de gestion, l’UNSA a demandé l’instauration de la parité au sein des Conseils d’Administration des CDG.
  • les diverses modifications relatives aux emplois de direction dans la Fonction publique territoriale (en clair, le recours au recrutement direct pour les emplois de direction dans les collectivités de plus de 40 000 habitants au lieu de 80 000) ont reçu un avis unanimement défavorable des organisations syndicales ; le projet sera à l’ordre du jour d’une prochaine séance du CSFPT.

Communiqué CNFPT

Communiqué CDG

- page 2 de 14 -